2017/02 : Noir, blanc, gris, pourtant il faudra choisir

Des candidats à l’élection présidentielle dans notre pays ont été éliminés par les différentes « primaires ». Certains d’entre eux étaient des têtes d’affiche. Ils occupaient le devant de la scène ces dernières années.

Et parmi les élus, enfin parmi ceux qui font pour l’instant la course en tête, l’incertitude règne : des soupçons d’emplois fictifs, d’utilisations abusives des fonds publics. Et pourtant il faudra choisir celui qui saura redonner confiance et fierté, qui saura encourager les initiatives et qui fera respecter la dignité de chaque personne.

Ces événements nous rappellent qu’il y a peu de blanc, peu de noir, peu de situations tranchées, peu de choix évidents… La vie est faite de gris, gris souris, gris perle, gris métallisé, gris basalte, gris taupe, gris plus ou moins clair, gris plus ou moins sombre. Le gris, une couleur très élégante qui, en fait, se marie avec beaucoup d’autres.

Nos choix, dans nos quotidiens, sont souvent dans les nuances ou dans les gammes du gris. Ces choix nous les défendons avec raison. Puissions-nous être conscients de leur distance du blanc ou du noir. Cette attitude nous permettrait surement de nous respecter dans nos choix politiques, nos choix de société, nos choix citoyens.

Jean-Michel Strub

 

Les commentaires sont fermés.